Arrêtez le four à micro ondes svp !!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Arrêtez le four à micro ondes svp !!!

Message par &&&! le Jeu 16 Oct - 23:01

J'en ais plus que marre que mes petits chéries de mon forum préféré se fasse du mal à leur corps ,alors voilà la raison pour laquelle je n'utilise pas cette merde ,et que je vous fais passer l'info.

[citation]
Les dangers du four à Micro Onde
Écrit par Olivier Grandjean-Perrenoud
14-04-2007
Le four à micro ondes

Une Etude Méconnue

Conclusions de l'étude que tout le monde cache : "La cuisson par micro-onde modifie les substances nutritives de telle sorte que les changements se produisent également dans le sang des participants à l'étude."

Hans Hertel est diplômé en sciences techniques de l'École polytechnique fédérale de Zurich et est l'auteur d'une thèse soutenue à l'Institut des sciences vétérinaires de Zurich. Retraité, il réside à Wattenwil (canton de Berne) et il poursuit à titre privé des recherches dans un laboratoire qu'il a installé pour son propre compte. Il a été le premier savant à imaginer et à mener à bien une étude qualitative sur les effets que peuvent avoir, sur le sang et la physiologie humaine, les aliments passés par le four à micro-ondes. Cette étude, brève mais bien menée, montrait fermement du doigt le pouvoir de dégénérescence des fours à micro-ondes et de la nourriture y étant préparée. Elle comptait huit participants dont, avec Hans Ulrich Hertel, Bernard H.Blanc professeur à l'université de Lausanne et conseiller technique à l'École polytechnique fédérale de Lausanne, et l'institut universitaire de biochimie. La conclusion était claire :

" La cuisson par micro-onde modifie les substances nutritives de telle sorte que les changements se produisent également dans le sang des participants à l'étude."

Des modifications révélatrices ont été découvertes dans le sang de volontaires ayant consommé des aliments cuits au micro-ondes, dont une diminution de tous les taux et proportions d'hémoglobine et de cholestérol, spécialement le HDL (le bon cholestérol) et le LDL (le mauvais cholestérol). Le taux de lymphocytes (globules blancs) montrait une diminution à court terme plus évidente qu'après la consommation d'aliments cuits ou réchauffés d'une autre manière. On pouvait de plus noter sur ces sujets une association très significative entre les quantités d'énergie par micro-ondes dans les aliments testés et la puissance lumineuse de bactéries luminescentes exposées au sérum des personnes ayant mangé cette nourriture. Les résultats montrent à l'évidence que les aliments irradiés irradient à leur tour et que cette influence prolongée sur le sang doit être prise au sérieux car il s'agit alors d'une irradiation directe dont on ne connaît que trop les conséquences.

Le rapport de recherche datant du mois de juin 1991, et intitulé Vergleichende Untersuchungen über die Beeinflussung des Menschen durch konventionell und im Mikrowellenofen aufbereitete Nahrung (" Etude comparative de l'influence pour l'homme d'aliments préparés de manière conventionnelle et au four à micro-ondes "), conclut comme suit :

"Les conséquences mesurables chez l'homme induites par des aliments traités aux micro-ondes présentent, au contraire de ceux qui n'ont pas subi ce traitement, des modifications du sang qui semblent indiquer le stade initial d'un processus pathologique tel qu'il se présente lors du déclenchement d'un état cancéreux."

Le trimestriel Journal Franz Weber consacra une partie de son dix-neuvième numéro (janvier, février et mars 1992) aux effets de l'utilisation des fours à micro-ondes sur la santé humaine. Il déclara dans son éditorial qu'il fut le premier au monde à mettre le doigt sur les dangers des fours à micro-ondes, et qui a maintenu ses accusations malgré les attaques massives de la part des promoteurs.

"Aujourd'hui, la science nous donne raison. Les fours à micro-ondes devraient être interdits. Nous ne serions pas étonnés si les chercheurs qui ont eu le courage de défendre les résultats de leurs recherches étaient attaqués à leur tour, vu que des millions, voire des milliards sont en jeu. Mais la vérité est à la longue plus durable qu'une affaire de milliards réalisée aux dépens de notre santé. "

Stérilisation alimentaire :
La production artificielle de micro-ondes se fonde sur le principe du courant alternatif. La matière (atome, molécule, cellule) qui est irradiée par ce rayonnement électromagnétique subit ainsi une contrainte en rapport avec une fréquence de rayonnement de un à cent milliards d'inversions de polarité ou d'oscillations par seconde. Aucun atome, aucune molécule, aucune cellule d'un organisme vivant ne serait en mesure de résister à des forces destructrices d'une telle puissance, fût-elle de l'ordre de grandeur du milliwatt. Les rayonnements utilisés dans la stérilisation alimentaire sont des rayons gamma, rayon dont le nombre d'oscillation atteint 100 quintillions par seconde. D'après le groupe de coalition pour la santé publique réuni en juillet 1999, (composé entre autres de l'institut américain de la viande, de l'association américaine pour la diététique, d'experts académiques, et de la Food Irradiation Coalition) la Food and Drug Administration (FDA) devrait agir rapidement pour approuver l'utilisation de l'irradiation dans les produits alimentaires. Ce procédé permettrait l'élimination des germes porteurs de maladies que l'on peut trouver dans les hot dog, les légumes, les fruits et jus de fruits. L'irradiation peut définitivement tuer une bactérie telle la listeria monocytogenes, responsable de 21 morts cette année par contamination de hot dog vendus par le groupe Sara Lee Corp. Mais les groupes de consommateurs sont inquiets, et ce à juste titre, en ce qui concerne la santé alimentaire des enfants et des personnes âgées qui s'affaiblissent par une consommation, même infime, de rayons gamma.

Conclusion :
La prudence est de mise face aux OGM, les médias sont mobilisés, le vilain Monsanto n'est pas près de franchir les frontières de l'hexagone... On nous rassure depuis les plus hautes sphères de l'Etat. Mais tout les matins, quand nous enfournons notre tasse de café dans notre micro onde, nous concoctons nous même notre ration d'organismes électro-magnétiquement modifiés. Nous ne connaissons pas encore l'effet que pourraient avoir à long terme les OGM sur notre santé. Par contre nous sommes en possession de nombreuses études en ce qui concerne les rayonnements électromagnétiques et leurs effets à court et à long terme sur notre corps. Mais tant que l'opinion publique n'a pas découvert le pot aux roses, rien ne change. Alors faîtes circuler l'information et redécouvrez le doux frémissement du café sur le bord de la casserole qui vous indique qu'il est temps d'éteindre la gazinière.

Sources :
Nexus, n°2, Mai-juin 1999.
Daniel Depris, Ces ondes qui nous feront mourrir un jour, octobre 1986.
Cour Européenne des Droits de l'Homme, Affaire Hertel contre Suisse, 25 août 1998.
Meat I. Insight, 2 juillet 1999.
Avec la collaboration de Marie Diane Tremblay



LA COUR EUROPÉENNE ANNULE L'ORDRE D'INTIMER SILENCE AU SAVANT SUISSE QUI AVAIT RÉVÉLÉ LES DANGERS DE LA NOURRITURE PASSÉE AU MICRO-ONDES

Hans Hertel a été le premier savant à concevoir et à mener à bien une étude qualitative sur les effets que peuvent avoir, sur le sang et la physiologie humaine, les aliments passés par le four à micro-ondes. Cette étude, brève mais bien menée, montrait fermement du doigt le pouvoir de dégénérescence des fours à micro-ondes et de la nourriture y ayant été préparée. La conclusion était claire : la cuisson par micro-ondes modifiait les substances nutritives de telle sorte que des changements se produisaient également dans le sang des participants à l'étude.

ce n'étaient certainement pas des modifications saines mais bien plutôt des modifications pouvant provoquer la détérioration des systèmes humains. Travaillant avec Bernard H. Blanc de l'Institut Fédéral Suisse de Technologie et l'Institut Universitaire de Biochimie, Hertel n'a pas seulement conçu et mené à bien cette étude, il en fut l'un des huit participants. En 1991, Hans Ulrich Hertel et un professeur de l'Université de Lausanne publièrent un article indiquant que la nourriture cuite en four à micro-ondes pouvait amener de bien plus grands risques pour la santé que la nourriture cuite de façon conventionnelle.

Des modifications significatives ont été découvertes dans le sang des volontaires ayant consommé des aliments cuits au micro-onde, dont une diminution de tous les taux d'hémoglobine et de cholestérol, spécialement les taux de HDL (le bon cholestérol) et de LDL (le mauvais cholestérol) et leur proportion. Les lymphocytes (globules blancs) montraient, après l'absorption d'aliments passés par le micro-onde, une diminution à court terme plus évidente qu'après la consommation de toute autre variante. Tous ces indices pointent dans une direction qui n'est pas celle d'une santé robuste mais celle d'une dégénérescence. On pouvait de plus noter une association très significative entre la quantité d'énergie des micro-ondes dans les aliments testés et la puissance lumineuse de bactéries luminescentes, exposées au sérum des sujets ayant mangé cette nourriture. Cela amena Hertel à la conclusion que des énergies ainsi dérivées par cette technique pouvaient, en fait, être inductivement transmises à l'homme par la consommation de nourriture passant par le micro-ondes.

Un article fut publié dans le Journal Franz Weber* (n°19), dans lequel il était établi que la consommation de nourriture cuite au four à micro-ondes avait une action cancérigène sur le sang. L'article était suivi de la présentation de la recherche elle-même.

Le 7 août 1992, l'Association Suisse de Fabricants et Fournisseurs d'Appareils Électroménagers intenta un procès contre Hertel devant la Cour de Commerce du Canton de Berne. Elle produisit le rapport d'expert d'un professeur de l'Institut Fédéral de Technologie de Zurich, selon lequel la recherche de Hertel était sans valeur et ses découvertes indéfendables.

Dès que Hertel et Blanc eurent annoncé leurs résultats, le marteau de l'autorité les frappa. Une puissante organisation commerciale, l'Association Suisse de Revendeurs d'Appareils électroménagers et industriels - la F.E.A. - répliqua promptement : elle obligea le président de la Cour de Seftigen, Kanton Bern, à émettre un "ordre de silence" contre Hertel et Blanc. L'attaque fut si féroce que Blanc retira vite son soutien, mais il était trop tard. Il avait déjà mis noir sur blanc son point de vue sur la validité des études auxquelles il avait contribué, et son opinion était que la nourriture sortant d'un micro-onde provoque des anomalies sanguines. Hertel, lui, maintenait sa position et il était fermement décidé à faire valoir son droit à un procès. Les auditions préliminaires sur ce sujet furent portées en Cours supérieures, et il était évident que les pouvoirs en place ne voulaient pas qu'un procès médiatique eut lieu sur ce sujet.

En mars 1993, la Cour faisait connaître cette décision basée sur la plainte de la F.E.A. :

"Délibération. 1/ Requête du plaignant (la F.E.A.) pour interdire au défendeur (le docteur Ing. Hans Hertel) de déclarer que la nourriture préparée dans un four à micro-ondes serait dangereuse pour la santé et provoquerait des modifications dans le sang des consommateurs, renvoyant à des troubles pathologiques comme étant également significatifs du début d'un processus cancéreux. Le défendeur sera interdit de répéter cette affirmation dans des articles ou lors de conférences en public, sous peine de châtiment fixé par la loi : la mort en relation avec les fours à micro-ondes."

Mais en 1998 cette décision fut retournée. Dans un jugement rendu à Strasbourg le 25 août 1998, dans l'affaire Hertel contre la Suisse, la Cour Européenne des Droits de l'Homme décréta que les droits de Hertel avaient été violés par le jugement rendu en 1993. En vertu de l'Article 50 de la Convention, la Cour attribua au défendeur une somme pour les coûts et dépenses judiciaires.

La Cour Européenne des Droits de l'Homme a décidé que l'ordre de silence rendu par les Cours suisses à l'encontre du savant bernois, lui interdisant de déclarer que les fours à micro-ondes sont dangereux pour la santé, était contraire au droit à la liberté d'expression. En outre, la Suisse a été condamnée à payer en dédommagement une somme de 40 000 FS (environ 160 000 FF). Cette décision devrait mettre fin à la censure judiciaire de personnes attirant l'attention sur les risques que certains produits présentent pour la santé.


Le journal de Franz Weber
Case Postal
1820 Montreux (Suisse)
Tél: 00 41/ 21 964 37 37 - Fax: 00 41/ 21 964 57 36

Source: www.trufax.org/reports/report1.html (en anglais)
avatar
&&&!
Admin

Nombre de messages : 624
Age : 36
Date d'inscription : 15/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://uuuu.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum